Culture au Cap Vert

©Dariusz Jarzabek
Pêche Cap Vert

Découvrez la culture de notre archipel !


Les vacances sur les îles du Cap-Vert promettent de nombreuses découvertes culturelles. Historiquement influencées par la cohabitation des populations portugaises et africaines, ces terres insulaires offrent aux visiteurs une plongée dans une culture unique.

Une histoire cap-verdienne marquée par le métissage culturel

Il existe toujours un doute concernant la découverte du Cap-Vert. Elle aurait eu lieu entre 1456 et 1460, et serait attribuée à des navigateurs engagés sous les ordres du prince portugais Henri le Navigateur : le Vénitien Alvise da Cá da Mosto et le Génois Antoniotto Usodimare, ou le Portugais Diogo Gomes et le Génois Antonio de Noli. Si le débat persiste sur cette origine, la suite est bien connue. Les Portugais s’installent au Cap-Vert en 1462 sur l’île de Santiago, qui abrite désormais la capitale du pays Praia. Ils y créent la première ville européenne sous les tropiques, qui sera alors la capitale du Cap-Vert : Ribeira Grande, dont les vestiges sont classés au patrimoine de l’UNESCO. Très vite et du fait de sa situation géographique, l’archipel devient une plaque tournante du trafic d’esclaves. Au milieu du XIXe siècle, l’esclavage est aboli et le Cap-Vert perd donc son rôle dans le commerce triangulaire esclavagiste.

Le pays souffre alors de problèmes économiques liés à l’arrêt de cette activité lucrative. Ces difficultés sont aggravées par des sécheresses fréquentes entraînant des famines aux conséquences désastreuses pour la population. Le milieu du XXe siècle marque le début des réclamations indépendantistes sur l’archipel avec la création du PAIGC (Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert). Après de nombreuses grèves et manifestations, l’indépendance du Cap-Vert est acquise le 5 juillet 1975. Cette date est désormais un jour férié dans l’ensemble du pays.

Maisons Coloniales Cap vert

©Clara

La musique au cœur de la culture du Cap-Vert

Au Cap-Vert, la musique est un élément essentiel pour les habitants. Dans la vie de tous les jours, pour les événements familiaux ou pour les nombreuses festivités organisées au niveau national et dans chaque île, les Cap-Verdiens dansent, chantent et jouent de la musique. Les rythmes cap-verdiens sont à l’image de la mixité de sa population. Entre les morceaux tendres et mélancoliques des mornas, notamment interprétés par la célèbre chanteuse Cesária Évora, les coldeiras au tempo plus rapide, et le zouk à la rythmique dansante, c’est un mélange unique d’influences portugaises, africaines, brésiliennes et antillaises. Lors des carnavals, des festivals ou pour toute autre manifestation festive, les sons du cavaquinho, de la cimboa, du bombolong, et du ferrinho résonnent dans tous les environs. Partie intégrante de la culture du Cap-Vert, les chants, les musiques et les danses de tanbanka, de funaná ou de batuque mettent en joie les Cap-Verdiens et les visiteurs.

Cesaria Evora

©Johan10

Un patrimoine gastronomique multiculturel

Fréquemment impacté par des sécheresses, le Cap-Vert n’en reste pas moins un archipel agricole profitant des terres volcaniques fertiles et du climat tropical pour récolter des fruits exotiques, du café et fabriquer des produits locaux reconnus.

Des spécialités culinaires à déguster

Entre les plats apportés par les colons portugais et ceux venant des esclaves africains, la cuisine, tout comme la culture du Cap-Vert dans son ensemble, a su faire du mélange des civilisations une force. Impossible de finir un séjour sur les îles cap-verdiennes sans déguster le plat national typique : la cachupa, ragoût à base de haricots noirs et de maïs auquel on incorpore du poisson, de la viande, ou des légumes. Les poissons pêchés autour des côtes de l’archipel font également des repas locaux parfaits. Grillés, marinés ou en sauce, les mérous, les langoustes, les thons et les poulpes ravissent les palais des touristes. Pour la touche africaine, il faut profiter du mafé proposé dans de nombreux restaurants des îles. Enfin, les fruits exotiques, qu’il s’agisse des goyaves, des papayes, ou encore des mangues, sont souvent dégustés comme en-cas ou desserts.

Des boissons locales à ne pas manquer

À défaut de pouvoir boire l’eau du robinet, les voyageurs peuvent déguster les boissons typiques du Cap-Vert. Le grogue, eau-de-vie issue de la culture de la canne à sucre, fait partie des spécialités cap-verdiennes à découvrir ! Moins forts en alcool, la Strela, bière nationale, et le vin venant des ceps plantés sur les coulées de lave de l’île de Fogo, accompagnent idéalement les déjeuners et les dîners. Pour finir les repas ou pour bien commencer la journée, il est conseillé de déguster le café local aux arômes si particuliers.

Vignes Volcan Fogo

©Magalice

L’histoire du Cap-Vert depuis sa découverte

L’histoire du Cap-Vert depuis sa découverte
En savoir plus
Cap Vert

Les plats cap-verdiens emblématiques

Les plats cap-verdiens emblématiques
En savoir plus
Légumes et marché du Cap vert

Les alcools typiques du Cap-Vert

Les alcools typiques du Cap-Vert
En savoir plus
boisson cap vert

Nos suggestions de programme


Votre devis sur mesure
Demander un devis